D'OÙ VIENNENT LES LEADERS?

Dans la jungle, il est difficile de trouver les attributs de ce que nous considérons comme des qualités de leadership. La compétition pour la nourriture et pour le privilège de se reproduire est le thème dominant et cela signifie que chacun gère ses propres intérêts. Dans ce contexte, les créatures apprennent à imiter ce qui fonctionne pour satisfaire leurs propres besoins.
Dans la jungle, il est difficile de trouver les attributs de ce que nous considérons comme des qualités de leadership. La compétition pour la nourriture et pour le privilège de se reproduire est le thème dominant et cela signifie que chacun gère ses propres intérêts. Dans ce contexte, les créatures apprennent à imiter ce qui fonctionne pour satisfaire leurs propres besoins.

En outre, les espèces qui prospèrent appliquent l’un des plus importants principes de gestion de la Nature:
l’altruisme-égoïste. Pour assurer leur survie et leur évolution, les membres de chaque espèce ont avantage à donner le meilleur d’eux au profit de tous. Sans l’ombre d’un leader à l’horizon, ils coopèrent entre eux, créent des alliances stratégiques avec d'autres espèces et pratiquent synergie et mutualisme.

Chez les espèces supérieures comme le lion ou le gorille à dos argenté, le mâle alpha qui protège ses femelles et leurs petits sait qu’à l’extérieur de sa famille, son rôle de leader dominant est très fragile. Il peut se comporter atrocement pour intimider un rival et soumettre la compétition à sa volonté, mais cela n’empêche pas les jeunes mâles impatients de conspirer sérieusement pour l’éliminer.  S’ils réussissent, ils détruiront ses rejetons afin que les femelles soient de nouveau en chaleur, prêtes à recevoir leur semence.

En fait, des études récentes démontrent que, le style de société influence le style de leadership. Dans une société égalitaire, comme chez les Macaques de Tonkean, la majorité des singes peut initier un déplacement ou une activité, et tous ont une chance d’être suivis par les autres. Démocratique, la décision du groupe dépend des circonstances et de l’appui des membres de la troupe en faveur du leader du moment.

Dans une société hiérarchisée comme chez les Macaques rhésus, les dominants démontrent une sorte de leadership despotique qui limite la participation des autres. Seuls les adultes peuvent proposer une destination et leur succès sera facteur de leur dominance et de leur âge.

Or, tel qu’on l’entend dans nos sociétés contemporaines, le leadership est véritablement un truc d’humains. Les sociologues Melvin Sorcher et James Brant suggèrent que les habiletés qui caractérisent les leaders dans leur performance quotidienne émergent clairement si on utilise 4 critères d’évaluation.

Vous cherchez un leader? Durant l’entrevue, questionnez les candidats sur ces quatre aspects d’eux-mêmes et sollicitez des exemples concrets :




          Les changements démographiques annoncent une pénurie sévère de leaders à mesure que les baby-boomers prennent leur retraite. La sagesse, l’altruisme-égoïste, suggère que l’entreprise investisse d’importantes ressources à retenir ceux dont elle dispose déjà et à en développer plus encore.

          Dans un contexte plus large, l’instabilité et la complexité du monde dans lequel on vit nous pousse à rechercher des leaders qui inspirent confiance. Qu’ils soient politiques, religieux, organisationnels ou communautaires, les bon leaders démontrent les mêmes caractéristiques que citées plus haut: intégrité, communicateur efficace, intellect aiguisé, intelligence sociale.